• Accueil

  • Il y a aujourd’hui beaucoup de manières de recevoir la télévision. Une des méthodes qui depuis quelques années arrive en force est l’IPTV. Comme son nom l’indique, l’IPTV, ou Internet Protocol Televison est basé sur l’utilisation de protocoles internet, ca qui signifie que ces services tendent à être utilisés par les opérateurs de télécommunication qui possèdent les lignes internet. Néanmoins, tous services pouvant véhiculer des données est susceptible d’être utilisé (Réseau privé, GSM..).

    L’IPTV possède beaucoup d’avantages et cela a ouvert aux fournisseurs d’accès en télécommunication un marché lucratif. Ces derniers ont développé de nouveaux services tels que la VoD, le Replay, Services d’informations (météo…) générant de nouveaux revenus. Il est donc logique de penser que dans les années à venir, l’IPTV sera un élément majeur du monde de l’information et du divertissement.

     

    Les Bases

    Il existe deux façons de traiter les informations de l’IPTV sur un réseau. Le Broadcast ou Multicast et l’Unicast

    Prenons l’exemple de l’installation d’une solution IPTV dans un hôtel.

    – Toutes les chambres de l’hôtel reçoivent des chaines de TV, des informations telles que la météo… Ce signal est diffusé en Broadcast ou Multicast (diffusion vers de multiple IP).

    – Par contre si un client achète un film en VoD, le signal sera transmis en Unicast (diffusion vers une IP unique)

    Comme la diffusion se fait en multicast, il est important de pouvoir gérer au mieux la bande passante. Pour ce faire, 2 principaux formats sont utilisés. Le MPEG-2 et le MPEG-4 standard. Ce dernier est principalement utilisé en raison de ses meilleures performances.

    Pour l’utilisateur, le matériel IPTV est basé sur une Set Top Box (équivalent du démodulateur Satellite) et arrive maintenant sur le marché les connected TV avec SetTopBox intégrée. La Set Top Box reçoit les données, réassemble les packets et les décode pour les diffuser sur la télé ou tout autre support type PC, tablettes….

    Du coté fournisseur, le matériel nécessaire est un peu plus complexe et nécessite plus d’éléments afin de permettre au système de fonctionner que ce soit en Broadcast/Multicast ou en Unicast.

    Un streamer reçoit le signal (analogique ou numérique) l’assemble, l’encode et le découpe en packets diffusables sur un réseau IP permettant de les router vers la/les destination(s).

    Le signal passe alors au serveur IPTV qui va se charger de crypter les données et de les diffuser aux utilisateurs authentifiés.

    L’IGMP au service du multicast

    Un aspect des systèmes IPTV est que l’utilisateur doit avoir la possibilité de changer de chaine à tout moment sans subir de ralentissement. Pour cela, la SetTopBox ne doit pas être surchargée de données. C’est à cet instant qu’intervient le protocole IGMP. Il va en effet permettre à la box de ne recevoir qu’une seule chaine à la fois.

     

    Dans le schéma ci-dessous, les switches n’ont pas l’IGMP d’activé. Le cœur de réseau reçoit tous les flux vidéo provenant du serveur IPTV. Si chaque flux vidéo occupe 10 Mbps, le cœur de réseau véhiculera alors 3 x 10 Mbps = 30 Mbps de trafic.

    Comme l’IGMP n’est pas activé sur les switches, ces 30 Mbps seront broadcastés sur tous les switches de distribution et vers tous les utilisateurs.

    image

    Dans le schéma n°2, les switches de distribution ont l’IGMP snooping d’activé et le cœur de réseau est configurer pour l’IGMP query.

    – L’IGMP snooping : est un protocole d’écoute du trafic réseau. Le switch va donc « écouter » la conversation entre l’utilisateur et le serveur IPTV. En écoutant ces conversations, le switch créer une liste d’IP faisant partie du groupe de multicast. Cela permet ensuite de filtrer le trafic vers les destinations spécifiques.

    – L’IGMP query détient toutes les adresses pouvant faire partie du groupe multicast. Ainsi quand un switch membre de l’IGMP snooping reçoit une demande d’adhésion au groupe multicast, il envoie une demande au querier pour valider l’inscription.

    Le switch de cœur reçoit toujours tout le trafic (30 Mbps dans notre exemple)

    Le switch 1 ne reçoit plus que 10 Mbps car un seul utilisateur à fait la demande. On remarque aussi que le flux n’est envoyé qu’à cet utilisateur.

    Le switch 2 ne reçoit plus que 20 Mbps, car 2 utilisateurs en ont fait la demande.

    image

    Ainsi, pour les calculs de bande passante d’un système IPTV, on considère que le cœur de réseau reçoit tous les flux mais que l’utilisateur final ne reçoit lui qu’un seul flux à la fois.

    Unicast : la VoD

    Pour que les utilisateurs puissent accéder à la Vidéo à la demande, un autre service doit-être configuré. Le serveur IPTV doit pouvoir ouvrir un flux de données unique vers l’utilisateur qui en fait la demande. Le protocole utilisé dans ce cas s’appelle RTSP (Real Time Streaming Protocol). Il contrôle le flux et permet à l’utilisateur de mettre en pause, stopper, avancer… la vidéo qu’il est en train de regarder.

     

    Qualité de Service (QoS)

    L’un des principaux éléments des réseaux IP est aujourd’hui la Qualité de Service. Pour pouvoir maintenir un signal vidéo correct et ainsi éviter les décalages images/son, les pixellisations et autres, il est primordial de s’assurer que la QoS est correctement configurer. On doit donc mettre en place une priorité élevée sur les paquets de type vidéo et audio et baisser la priorité de la navigation internet qui peut, elle, tolérer les pertes de paquets.

     

    Détection des collisions

    Les collisions et les erreurs type perte de paquets… sont fréquentes sur un réseau ce qui pose d’autant plus de problème sur un réseau IPTV car un paquet de perdu = images ou son perdu. Afin de détecter et de corriger ces erreurs, on doit dans un premier temps déterminer le type de diffusion. Pour une vidéo à la demande, unicast, il est relativement simple pour l’utilisateur d’envoyer une nouvelle requête au serveur si un paquet est perdu. Cependant, cela ne peut pas être fait sur une diffusion multicast car il n’y a pas d’échange entre l’émetteur et le récepteur. Il est donc très important de s’assurer que le matériel utilisé pour mettre en place la solution est correctement dimensionné et suffisamment performant pour limiter les erreurs au maximum. De plus, des solutions de corrections d’erreurs sont maintenant intégrées aux SetTopBox, ConnectedTV, PC… Notamment la FEC (Forward Error Correction) qui permet à l’utilisateur de reconstruire une donnée manquante ou corrompue.

     

     

    Conclusion

    L’utilisation de l’IPTV est en constante augmentation grâce à l’augmentation du débit des connections domestiques entre autre. Il est donc logique que les technologies liées à l’IPTV se développent encore dans les prochaines années avec la possibilité d’enregistrer ses programmes favoris dans le cloud, intégration dans le SRC (Smart Room Control) développer par Swisscom Hospitalityhttp://vimeo.com/46089933 et qui permet de faire de la domotique (réglage de l’éclairage, des thermostats…).

    En associant plusieurs technologies, les fournisseurs d’accès internet seront donc capables d’offrir un meilleur service TV (séries en illimité, rediffusion des émissions, plus de vod …) et de concurrencer directement le téléchargement illégal.

     

     

    1 commentaire
  • chers blogueurs & blogueuses ,  ce blog a pour but de vous diffuser les liens IPTV pour les players VLC , Acestream , simple tv , android .....etc . Les liens sont limités dans la durée , c'est pourquoi vous trouverez des mises à jours fréquentes sur le blog . n'hésitez pas à faire vos commentaires et aussi merci de faire connaitre le blog autour de vous !


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique